La vie d’étudiant pousse un certain nombre de jeunes à quitter le cocon familial, à quitter leur quartier, leur ville et même à quitter leur pays afin de poursuivre les études qu’ils souhaitent entreprendre. Les doutes et les craintes liés au choix d’être mobile et de partir seul vivre une nouvelle expérience viennent s’ajouter aux craintes en rapport avec le choix d’orientation. Alors que certains renoncent à leur projet et choisissent de rester près de chez eux, Yacine a choisi de quitter Grenoble. Il effectue son stage de fin d’année sur Paris. Courageux et déterminé, il nous raconte dans cet article son parcours scolaire, ses ambitions, sa vie à Paris et les craintes qu’il a réussi à surmonter. 

Qui es-tu ? 

Peux-tu te présenter ? 

“Je m’appelle Yacine et je suis étudiant en Master dans le domaine de la communication. J’ai 22 ans et je suis originaire de Grenoble. J’ai grandi au sein de quartiers prioritaires de la politique de la ville, dans un environnement assez défavorisé et défavorable au développement professionnel. J’entame actuellement ma deuxième année de Master. J’ai fait le choix de la mobilité en réalisant la fin de mes études à Paris.”

Quel est ton parcours scolaire ?

“Au lycée, je me suis orienté vers un Baccalauréat Scientifique que j’ai obtenu avec mention. Concernant mes options de poursuite d’études post-bac j’avais deux choix. La 1ère option : intégrer une école d’ingénieur réputée afin de satisfaire la volonté de mes parents. La 2nde option : rejoindre un cursus universitaire moins prestigieux, mais qui me plaisait beaucoup plus. Après avoir récolté le maximum d’informations, je me suis fait confiance en intégrant un DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet. J’ai réussi à trouver le domaine professionnel qui me correspond. J’ai ensuite continué mes études avec la volonté de me spécialiser dans la communication en effectuant une troisième année de licence généraliste Information-Communication. Je suis maintenant en cursus dans un Master Communication des Entreprises.”

T’a-t-on soutenu dans tes choix d’orientations ? 

“Pendant certaines périodes charnières de ma vie scolaire, mes proches n’ont malheureusement parfois pas soutenu mes choix personnels d’orientation. Mes parents étaient persuadés que les voies de la réussite professionnelle résidaient uniquement dans les études de médecin ou d’ingénieur. La quête d’un métier élitiste était primordiale face à l’épanouissement professionnel.” 

Comment as-tu vécu cela ? 

“Dans mon cas personnel, c’est pas très grave si ma famille ne soutiennent pas trop votre choix d’orientation scolaire. Ce que j’ai fait c’est que j’ai expliqué à mes parents mon projet. Je leur ai expliqué pourquoi je voulais me diriger vers ce domaine-là, j’ai également présenté les débouchés. Je pense qu’il faut avant tout suivre ses envies pour être épanoui plus tard. Aussi, je pense aussi qu’il ne faut pas se mettre la pression pour forcément réussir dans le domaine qu’on a choisi. Même si finalement le domaine ne correspond pas à tes attentes, c’est pas très grave. Il ne faut pas considérer ça comme un échec, mais plutôt comme une expérience. Tu auras toujours la possibilité de te diriger vers d’autres études.” 

Que conseillerais-tu aux étudiants dans la même situation que toi ? 

“La première chose que je peux conseiller aux étudiants comme moi, c’est d’être curieux. Renseignez-vous et partez à la quête d’informations. Ne vous bridez pas sur les métiers les plus connus, intéressez-vous à plusieurs domaines, plusieurs secteurs. Plein d’outils et de moyens sont possibles pour se renseigner à l’ère du numérique alors profitez-en !” 

Comment faire ses études loin de chez soi ? 

As-tu rencontré des difficultés à quitter ton environnement pour faire tes études à Paris ?

“J’avais une crainte principale lorsque j’ai quitté mon “chez moi” pour faire mes études qui était l’éloignement de ma famille. La vie tout seul, loin de mes parents et de mes frères et sœurs, était pour moi une épreuve compliquée, car j’ai toujours été très proche d’eux. Je savais que ce choix allait bousculer toutes mes habitudes et le confort que j’avais chez mes parents.”

Comment as-tu pu déménager à Paris ? Quelle démarche as-tu entrepris ? 

“Lors de ma phase de planification de départ, je me suis renseigné sur les différentes aides à la portée des jeunes afin de me simplifier la vie au maximum. Concernant le logement, j’ai été accepté dans une résidence CROUS après une demande en ligne. J’ai donc également effectué une simulation ainsi qu’une demande d’APL (aide personnalisée logement). Niveau transport, je n’étais plus habitué aux transports en communs et encore moins à ceux de Paris. J’ai donc utilisé des applications de mobilité  afin de pouvoir prévoir mes trajets récurrents en avance (IDF Mobilités, SNCF Connect, SNCF, … ). J’ai également deux cousines sur Paris ce qui m’a permis de recevoir pas mal de conseils et d’assimiler la ville rapidement. J’ai pu tout régler en deux semaines, mais le mieux c’est de s’y prendre au moins un mois à l’avance. ”

Quelques liens utiles : CAF, Messervicesétudiants.gouv

Qu’est-ce qui t’a motivé et comment as-tu surmonté tes craintes ? 

“Ma motivation première était ma volonté de vivre une expérience inédite dans ma vie et qui me sort de ma zone de confort. C’est également en prenant cette décision comme un challenge et en me préparant bien en amont que j’ai pu surmonter mes craintes.”

Comment tu t’organises au quotidien loin de ton « chez-toi » ?

“Quand on est loin de chez soi et seul, l’organisation est le mot d’ordre. Mon quotidien s’organise de manière assez simple mais rigoureuse. J’essaye de faire mes courses à intervalle régulier (1 fois par semaine) ; je fais à manger chaque jour en essayant de varier et d’avoir une alimentation équilibrée. Je lave mon linge de manière également très régulière. Ce sont toutes les choses que personne ne fera à ma place et que je me dois d’assurer pour vivre convenablement. Pour ne rien oublier, je n’hésite pas à faire des to-do lists pour m’assurer de faire tout ce qu’il faut et d’avoir un aperçu global.”

Qu’en ont pensé tes proches ? 

“Mes proches étaient surpris au départ, mais ils se sont finalement rendu compte qu’il pouvait complètement me faire confiance car j’avais réalisé beaucoup de recherche avant de faire mon choix, ainsi que pour planifier ce grand changement.”

As-tu un message à faire passer pour les jeunes étudiants comme toi qui craignent de sauter le pas ?

“Faites-vous confiance, renseignez-vous et croyez en vous. Le meilleur moyen d’évoluer est de sortir de sa zone de confort, c’est de se lancer dans des expériences. Que ce soit concluant ou non, le plus important c’est l’initiative prise et les leçons apprises en cours de route.”