Le monde des Ados

par | 27/05/2021 | Conseils pratiques, Non classé

L’adolescence pour vous c’était il y a longtemps ? Vous êtes complètement déconnectés du monde des ados…😏

Aujourd’hui, vous êtes en poste dans une petite, moyenne ou très grande structure. Vous avez des responsabilités et des préoccupations bien différentes que ceux·celles des jeunes… Malgré tout, vous accueillez des jeunes en stage, vous participez au développement de leurs compétences et leur savoir-être en entreprise.

N’êtes-vous pas un peu curieux·se de découvrir leur avis concernant le rôle des entreprises dans leur orientation ? De savoir ce qui se trame dans leur esprit, de mieux comprendre le monde des ados voire même d’être dans la peau d’un·e adolescent·e un instant ?

Océane, 19 ans est en première année de médecine. Elle nous partage son état d’esprit et son expérience en ce qui concerne son orientation scolaire. Voici son monde. 🗣

Le monde des ados

Le monde des Ados : une jeune, une expérience professionnelle et une orientation scolaire 👀

Ton stage de 3ème est le premier stage que tu dois réaliser, tu peux me dire où tu l’as fait ? 

J’ai fait mon stage de 3ème chez EDF car le grand-père de mon frère travaillait là-bas ! J’avoue que ça s’est fait grâce à du « piston »… Pendant mon stage, j’ai intégré plusieurs services dans l’entreprise. Au départ, c’était pas du tout le secteur d’activité dans lequel je souhaitais m’orienter. Initialement, je voulais faire mon stage chez un architecte. Trouver une opportunité dans ce milieu était compliqué, les architectes sont souvent des travailleurs solitaires, ils ont peu de temps à consacrer à un·e stagiaire et donc en reçoivent rarement.

Comme on m’avait proposé de rejoindre EDF, je n’ai pas vraiment réfléchi.

Pourquoi tu n’as pas fait de stage dans le secteur médical ?

A ce moment-là, je ne pensais pas du tout faire médecine. D’autant plus, que les hôpitaux ne prennent pas de stagiaires à cause du secret médical. C’est difficile d’avoir accès à un stage dans ce milieu.

Quelles sont les ressources qui t’ont permis de t’orienter aujourd’hui vers des études de médecine?

Jusqu’à ce que je sois en terminale, je comptais devenir architecte ou du moins m’orienter vers ce secteur. Puis, je me suis rendu compte que j’avais de bonnes notes, j’étais dans une filière scientifique au lycée avec 17 de moyenne générale. Les professeurs recommandaient plutôt des classes préparatoires ou bien la Fac de médecine.

Mon professeur principal en terminale était très investi dans notre orientation, il savait nous guider vers le bon chemin en fonction de nos capacités scolaires. On avait plusieurs rendez-vous avec lui, puis l’ensemble de nos professeurs suivaient nos choix sur Parcoursup afin de suivre les études vers lesquelles on se positionnait.

Je n’ai jamais vu de conseillère d’orientation, à part une fois, car elle s’était rendue dans notre classe. Elle nous avait montré des vidéos et des fiches métiers.

le monde des ados

Par conséquence, les professionnel·les qui sont en poste ont-ils·elles un rôle à jouer dans l’orientation des jeunes ?

Oui je pense que c’est nécessaire ! Lorsqu’on est au lycée on nous parle uniquement des secteurs dans leur généralité. Nous ne connaissons pas toutes les spécificités que peuvent avoir un secteur, et tous les métiers qui peuvent en faire partie. Par exemple, en classe de troisième un professionnel est venu présenter son métier mais c’était un métier « banal » et trop connu.

Selon moi, il faudrait qu’on puisse avoir à notre disposition des vidéos qui nous expliquent un métier grâce à des exemples ou bien des explications concises, et le tout en 2 minutes. Par exemple, le site de l’Onisep détaille de nombreux métiers, mais les contenus sont trop longs, et restent tout de même vagues.

T’es-tu identifiée à quelqu’un pour t’orienter vers des études de médecine ?

Oui justement je me suis identifiée à mon professeur de SVT. La phase d’orientation est quelque chose qui m’intéresse, tout comme aider les autres. Mon professeur était comme ça, puis il avait beaucoup de culture générale, il partageait toutes ses connaissances. C’était quelqu’un de respectueux et charismatique. J’aimerais être comme lui plus tard, et à mon tour également aider les jeunes qui sont en terminale.

A ce stade, aurais-tu des recommandations à partager en lien avec tes études universitaires ?

Faire des stages, le plus tôt possible pour avoir le plus de matière possible afin de se projeter au mieux dans cet univers. Comme je disais, dans la médecine le plus grand obstacle est le « secret médical ». Il freine la découverte de nombreux métiers dans ce domaine. Après cette première année, je n’arrive toujours pas à m’imaginer une carrière car c’est tellement théorique. Je ne sais même pas si les métiers de la médecine vont me correspondre.

Je sais que je vais avoir des stages, mais si je ne dis pas de bêtise ce ne sera pas avant ma 5ème ou 6ème année : c’est la raison pour laquelle je ne pense pas rester en médecine, je sais qu’il est possible de s’orienter vers une autre filière comme les sciences. Et pourquoi pas, devenir professeure.

Te sens-tu à l’écart de ton entourage en ayant choisi des études qui demandent beaucoup de travail?

Carrément ! Déjà, il faut bien avoir en tête que la médecine c’est un monde à part…

Au lycée, par exemple il y a déjà un premier « tri » qui se réalise. J’ai des amis qui ne m’ont plus adressés la parole car j’étais en S et eux en ES. On peut y voir en quelque sorte de la rivalité. Pour les personnes qui ne s’orientent pas vers une filière scientifique, nous sommes décrits comme prétentieux·ses.

Puis, les étudiant·es en médecine ne sont pas vraiment « drôles », ou c’est parce que je n’ai pas eu la chance de rencontrer des personnes qui me correspondent. Je trouve que certain·es ne savent pas parler d’autres choses que de nos sujets de cours.

Et as-tu remarqué des inégalités liées au genre dans le milieu de la médecine?

Je ne le ressens pas et je ne le vois pas. Peut-être parce que je ne suis pas en immersion ? Je ne sais pas.

En revanche, pour le concours, je trouve qu’il y a plus de femmes que d’hommes. Si je devais donner mon avis, je pense qu’il peut y en avoir. Si un patient pratique une religion, par exemple les hommes dans la population juive, ne peuvent pas se faire examiner par une femme. Je ne l’ai jamais vu car je n’exerce pas mais c’est le type d’inégalité qui peut exister en médecine je pense.

Pour terminer cette thématique le monde des ados et l’orientation, peux-tu me dire un top 5 des métiers ?

1️⃣ Professeur·e;

2️⃣ Chercheur·euse;

3️⃣ Architecte;

4️⃣ Des métiers issus du droit, comme avocat·e;

5️⃣Ou, du commerce car ce sont des études où il est facile de voyager à l’étranger à l’inverse de la médecine.

Le Monde des Ados : bye bye le lycée, bonjour la vie étudiante

le monde des ados

La COVID-19 a-t-elle eu un impact positif ou négatif dans ta vie d’étudiante ? Dans quel état d’esprit es-tu ? 

Si je devais parler de ma terminale, je dirai que c’était plutôt handicapant. Le BAC est un examen important, et c’était dommage de ne pas le passer en présentiel. C’est un bon moyen pour nous entraîner si on décide de faire des études qui demandent de se préparer à des concours par exemple.

A l’inverse, pour ma première année de médecine la Covid a eu un effet positif : c’est l’année où l’on doit refuser des sorties et s’enfermer. Réviser, manger et dormir, et là il n’y avait pas de sortie et ça concernait tout le monde. Je ne me suis alors pas sentie en décalage avec mes ami·e·s, et je n’ai pas eu l’impression de « rater » des évènements.

A contrario, je ne me suis fait aucun·e ami·e au sein de ma Fac. J’ai vu mes camarades seulement 3 fois. On fait nos cours via Zoom. C’est dur de s’intégrer car c’est à distance. Puis, je trouve qu’on n’est pas considéré·e comme des personnes sur cet outil mais plutôt comme des avatars avec un identifiant inscrit sur notre écran et rien de plus.

Arrives-tu à te projeter dans 5 ans ? 

Franchement, avant je me projetais. Maintenant, je vis plutôt au jour le jour.
C’est un peu compliqué, je ne me vois pas en médecine pour le moment j’attends de voir mon résultat de ma première année. Mais surtout, je sais que j’aimerais partir à l’étranger et avec mes études ça n’est pas possible. Ça confirme vraiment le fait que je me pose de réelles questions.

Le Monde des Ados : confession intime 🤫

le monde des ados

Trouves-tu que c’est facile d’avoir ton âge ? 

Ça dépend, je suis contente car nous n’avons pas encore de responsabilités : je ne suis pas responsable financièrement comme par exemple d’avoir à ma charge les frais de logement et de nourriture. Je suis donc moins préoccupée et tracassée par les frais que peut engendrer la vie quotidienne.
Après sur le plan amical, c’est délicat. A mon âge, on est dans une période de transition. Je ne sais pas si je vais garder tous mes ami·es.
Bien évidement, si je pouvais rester étudiante toute ma vie ça m’irait très bien. D’autre part, je viens de penser qu’on se remet énormément en question, c’est compliqué parce que l’on grandit et que l’on se cherche.

Quelles sont les difficultés que tu rencontres ? 

Sur tous les plans? Je ne sais pas, je pense que je n’ai pas de difficultés particulières à part ce que j’ai pu dire avant sur le plan social.

Après je pense qu’on fait moins de rencontres que les générations précédentes. Puis, je me rends compte que les amitiés peuvent être superficielles du fait qu’on a des relations virtuelles à cause des réseaux sociaux, de la COVID, des sms, du téléphone…

Hormis le fait que tu ailles sur les réseaux sociaux à tes heures perdues, tu lis des livres ? Ou as-tu d’autres loisirs?

Je n’avais pas beaucoup de temps libre jusqu’à aujourd’hui. Pendant le 1er confinement, j’ai beaucoup lu car j’étais encore au lycée. Je profite aussi de mon temps libre pour cuisiner. J’adore ça, surtout la pâtisserie !

Et, est-ce que tu penses connaître la personne que tu es ?

C’est compliqué, j’ai tellement changé en 4 mois et j’ai l’impression que ça ne va pas s’arrêter, donc je ne peux pas te dire. J’ai beaucoup changé avec cette première année de médecine. Au début, j’étais dans un état d’esprit de compétition du style « faut éliminer les autres ». Maintenant, je ne suis plus dans cette optique.

As-tu été témoin de comportements sexistes dans ton quotidien ? 

Non du tout, j’ai de la chance. J’ai rencontré et je suis entourée de personnes qui ne sont pas du tout favorables à ce type de comportement.

Par ailleurs, j’ai tout de même eu des commentaires déplaisants sur mes vêtements comme le fait que je porte un short, un décolleté… Mais je n’en ai pas souffert. Je me demande si les personnes qui m’ont fait ce type de remarques ont réellement conscience de leurs propos.

[💥Soyez à la page ] Si vous avez manqué nos précédents articles, voici notre petite checklist. 

Dans la saga RH :

1️⃣ Comment recrutez un·e stagiaire ? 

2️⃣ Faire passer un entretien d’embauche 

3️⃣ La méthode de recrutement : un axe stratégique pour votre marque employeur

4️⃣ Donnez une réponse négative à une candidature 

5️⃣ Le modèle de réponses négatives

Dans nos témoignages  – instructifs –  : 

1️⃣ Générations Y et Z : Qu’attendent-ils du monde professionnel ?

2️⃣ Un·e professionnel·le en un coup d’oeil 

3️⃣ Le télétravail : avantages & inconvénients

4️⃣ Des stages de découverte : 100% en ligne

Pour découvrir tous nos conseils d’accueil un·e jeune dans votre entreprise, en temps réel, RDV sur notre groupe Linkedin : Stagiaires : mode d’emploi ✅

MYFUTU.RE

Myfutu.re est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment